Restons connectés
sturb gay app
prostitution

News

Des réfugiés obligés de se prostituer pour survivre

prostitution

Un rapport affirme que de nombreux demandeurs d’asile en Grèce se tournent vers la prostitution pour survivre.

Les jours se suivent et la situation des réfugiés bloqués dans les villes grecques ne cesse d’empirer. En effet, les demandeurs d’asile qui ont fui la guerre en Afghanistan et en Syrie n’ont trouvé que la prostitution comme moyen de survie.

Selon le Global Post, des milliers de migrants se dirigeant vers l’Europe du Nord ont été contraints de rester en Grèce. Cette situation est due aux contrôles des frontières destinés à limiter la circulation des personnes. À noter que l’Allemagne et la Suède sont les pays européens les plus prisés par les réfugiés, mais devant l’afflux soudain de migrants, leurs systèmes sont mis à rude épreuve.

Beaucoup font ainsi appel à la prostitution pour nourrir leur famille. En effet, cette activité est légale en Grèce, mais règlementée. La prostitution ne doit se faire que dans des bordels enregistrés. Par conséquent, les bars et les clubs du pays ont vu ces derniers mois un nombre important d’hommes qui vendent leur corps pour environ 10 euros. Si les tarifs peuvent aller jusqu’à 30 euros, certains d’entre eux sont tellement désespérés qu’ils acceptent des passes à 2 euros.

Beaucoup de migrants ont dû mal à s’échapper de leur situation actuelle, car ils sont considérés comme des migrants économiques et non des réfugiés. C’est le cas notamment des personnes en provenance d’Afghanistan, comme Abdullah (faux nom) qui est justement bloqué en Grèce à cause de sa situation. Il est arrivé à Athènes avec seulement 20 centimes. Ainsi, pour survivre, il vend son corps au PedionTouAreos, le principal parc public de la capitale grecque. « Je suis en colère. Je venais d’arriver et je devais le faire juste pour obtenir un peu d’argent« , a-t-il déclaré. Abdullah est resté dans le parc qu’il trouve sale. Il a attendu sept heures avant d’accepter les avances d’un des nombreux hommes qui l’a approché pour 20 euros. « Je n’avais pas d’argent. Vous pouvez vendre de la drogue, vous prostituer ou travailler pour des passeurs en leur trouvant des clients. Il n’y avait pas d’autres moyens pour moi« , a-t-il ajouté. D’après lui, leur seul espoir était l’ouverture de la frontière, mais maintenant que c’est fermé, il ne sait plus quoi faire.


Continuer à lire
sturb gay app
Vous pourriez aussi aimer...
Commentaires

Plus d’articles dans : News

sturb gay app
En haut