Restons connectés

Sturb – Gay App

gay sexe

Puppy Play : Puppies, les humains à poils

A mi chemin entre La Belle et le Clochard et Blue Velvet, les Puppies deviennent chiens le temps d’une ballade. Léchouilles en perspective chez Sturb ! Wouf wouf !

En Angleterre, plus de dix mille amateurs de Puppy Play, ou l’art de jouer au chiot, arpentent les réseaux sociaux dédiés aux Human Pups pour s’échanger les photos et les vidéos de leurs plus belles balades. Rejeton de la scène kink, une version light du fétichisme qu’on pourrait traduire par « coquine », ce jeu de rôle pas forcément sexuel reproduit le quotidien de nos amis à quatre pattes dans ses moindres détails, du jeter de bâton à l’indispensable « assis-couché-pan ». Trop choupinou !

« Que ce soit jouer à la console de jeu à la maison ou aller au parc pour faire des trucs avec des potes, chacun a sa propre façon d’échapper à la vie quotidienne. Etre un chiot, c’est ma manière à moi de fuir la réalité. » Tom/ Zentaispot

Depuis 15 000 ans, les chiens partagent la vie des hommes, à tel point qu’ils sont souvent considérés comme des membres de la famille à part entière. « Tel maitre, tel chien », dit-on souvent : pas étonnant qu’à force de se ressembler, certains choisissent de passer de l’autre côté du miroir ! Après les furries et leurs cousins imberbes, les inflatables, une nouvelle génération se glisse sans complexe dans les peaux de bassets artésiens ou de chow-chows, attendant comme tous les toutous avec impatience l’heure de la pâtée ! 

 

Comme tout bon toutou chaque Puppy a son maître qui l’emmène en balade, joue avec lui et le couvre d’amour. Ici pas de chien errant mais une belle meute qui se retrouve dès que possible pour partager cette passion. Depuis novembre 2015 se tient même le concours de Mr Puppy UK où maitre et toutous rivalisent de tendresse pour remporter le précieux Graal. Tout droit venu de Belgique, le rassemblement de ces bipèdes masqués a commencé à la Leatherpride en Février 2015.

 

Contexte :

Le jeu de rôle animal (petplay ; autres expressions en anglais : ponyplayponyismkittenplay ou pup-play) est une expression désignant un jeu de rôle sexuel érotique. Dans sa forme de jeu de rôle érotique, un ou plusieurs participants peuvent prendre le rôle d’un animal réel ou fictif, dont le comportement et les agissements sont déjà inculqués ou, dans un contexte sexuel, prendre le rôle d’un dresseur ou soigneur (voire d’un partenaire consentant).

Habituellement, le jeu de rôle animal implique une transformation volontaire d’un humain en un animal. Les exemples notables d’animaux incluent canidés (chiot, chien, loup), félins (chat, chaton, lion) ou équidés (poney, cheval). Le jeu de rôle animal est pratiqué à des fins sociales et, ou sexuelles. Il prend source auprès de la communauté des fétichistes et du BDSM.

Les origines du jeu de rôle animal et du petplay sont sans doute diverses et variées, encore une fois dépendantes des participants impliqués. Cependant, ses origines peuvent être influencées par le fait de porter un costume, la fiction, les mythes et légendes, et les différents aspects du jeu de rôle. Les premières images relatant le jeu animal (en particulier le pony play) auraient été exposées dans les œuvres de John Willie, principalement dans le magazine BIZARRE publié de 1948 à 1959. La première commercialisation de ce fétiche a été faite par Simon Benson, le fondateur du site Petgirls.

Le jeu de rôle animal implique parfois mais pas systématiquement divers accessoires comme une laisse, des chaînes, un bâillon, un collier, un harnais, un catsuit, un collant de corps, un plug anal, une muselière, des bottes de ballet, etc.

Utilisation érotique

Comme pour la plupart des jeux de rôles érotiques, le jeu de rôle animal, dans un contexte relationnel et sexuel, implique particulièrement la personnalité des participants et leur humeur durant le jeu. Ce jeu de rôle peut varier d’une simple imitation à une modification radicale. La simple imitation peut inclure des bruits d’animaux (du cheval au chien), des comportements joueurs, dominateurs voire soumis (typiques d’un chat ou d’un chien). La modification radicale, quant à elle, implique éventuellement le déguisement total d’un humain en un animal avec le port de masque, prothèses voire d’objets de bondage.

Pour la plupart des participants, le jeu de rôle n’a aucun lien avec la bestialité voire la sexualité, et peut être un sujet controversé au sein de la communauté BDSM et des pratiquants du Jeu de rôle animal.

Mais restons ouverts et curieux à propose de ses sous-cultures. 

Sturb soutient les Puppies   😛 

Photo : @ZentaiSpot


Continuer à lire
bearwww.com
Vous pourriez aussi aimer...
Commentaires

Plus d’articles dans : gay sexe

En haut