Restons connectés
sturb gay app
mike colter luke cage

acteurs

Mike Colter dans la série Luke Cage sur Netflix

mike colter luke cage

Mike Colter, c’est un physique, un talent et une tête. Et pourtant, ce n’est qu’à 34 ans qu’il a enfin obtenu un rôle substantiel dans une série digne de ce nom. En 2010, il est devenu Lemond Bishop, col blanc du trafic de drogue, dans THE GOOD WIFE. Un personnage de criminel invincible qui a donné des idées à Marvel. Aujourd’hui, il est Luke Cage, super-héros noir et bulletproof, et icône de la pop culture. Voici quelques unes des questions réponses que nous avons pu glaner.

Vous êtes apparu dans JESSICA JONES en tant que personnage secondaire. Considériez-vous cela comme des répétitions de luxe pour LUKE CAGE ou au contraire, comme un faux départ ?

Mike Colter : Plutôt comme un faux départ. Le point de vue du personnage est là, mais on vous demande de faire quelque chose de différent. C’est comme si, dans une équipe de foot, vous étiez »quarterback maison vous engageait pour être ‘runningback »: vous devez faire appel à d’autres compétences. Pour autant, c’est important de savoir faire les deux. Dans JESSICA JONES, quand ils écrivaient pour Luke, les scénaristes devaient s’assurer d’en garder sous le pied pour sa propre série. Et en même temps, il fallait en montrer suffisamment à travers la relation de Luke et Jessica pour que les gens aient envie d’en voir plus. Pour un acteur, c’est difficile d’avoir moins à faire ». Ce n’est pas une question d’ego, c’est qu’il faut trouver le personnage alors que vous n’avez pas beaucoup de matériau sur lequel vous baser. Quand vous êtes dans une scène, mais que vous n’avez rien à dire ou presque, votre caractérisation doit être aussi aiguisée que si vous aviez un dialogue entier à débiter

Avez-vous l’impression que LUKE CAGE est une voix de plus dans les discussions actuelles autour de la diversité ? Sentez-vous la responsabilité de créer un modèle, un héros, pour toute une génération ?

Mike Colter : Je suis très conscient de ça. On a l’impression que la télévision s’inscrit de plus en plus dans la diversité notamment parce qu’il y a de plus en plus de contenus. Sur Internet, sur Netflix. Il y a Hulu, Amazon, une tonne de chaînes. Si vous ne mettez pas de gens de couleur à la télévision, vous vous mettrez au défi de raconter une histoire qui ne concerne que des Blancs. Si vous voulez faire une série policière où tous les policiers sont blancs, bon courage pour être original ou créatif. Et si vous versez dans la série historique. Aujourd’hui, LES 7 MERCENAIRES est porté par un cowboy noir, ce qui a longtemps été proscrit : personne ne réinvente la roue, c’est juste que le cinéma a décidé de dire la vérité pour une fois. À l’époque, on prenait Elizabeth Taylor pour jouer une Égyptienne, aujourd’hui on peut enfin penser à prendre une actrice de couleur: idée de dingue ! C’est ça la diversité ? Non, ça c’est de l’Histoire.

De THE GOOD WIFE à LUKE CAGE, votre physique est très souvent exploité pour véhiculer une certaine invincibilité. Pense-t-on à vous pour des rôles plus vulnérables ?

Mike Colter : C’est une bonne question. Avant LUKE CAGE, je faisais 13 kilos de moins. Pour THE GOOD WIFE, j’étais mince façon Hollywood’, j’étais sous la barre des 100 kilos et aujourd’hui, je dois faire 107 kilos, quelque chose comme ça. Je n’ai jamais été scotché à la salle de gym pour me muscler. J’ai toujours fait attention à mon apparence car je voulais pouvoir jouer certains rôles… Quand je jouais Lemond Bishop, je devais bien porter le costume mais en même temps, ce n’est pas moi qui allais taper des mecs.

Vous savez, les gens pensent que quand on a des muscles, on ne peut pas être malin. Que si vous avez des muscles, c’est que vous allez à la salle de sport et que le temps que vous passez à la salle de sport, vous ne le passez pas à lire. Ainsi, être plutôt intelligent et en même temps plutôt athlétique, c’est quelque chose qu’il faut savoir utiliser. Quel genre de personnages peut-on jouer? Un super-héros ! Et Luke Cage est un personnage plein de nuances. Ça valait le coup de prendre 13 kilos, de changer un peu d’apparence, car au final, ça ne sert pas un personnage unidimensionnel.

Je suis un acteur qui naïvement, et peut-être un peu bêtement, pense qu’il lui faut aimer ce qu’il fait comme boulot pour se lever le matin. Et quand j’ai entendu parler de Luke Cage la première fois, je ne connaissais pas le personnage ni son histoire. J’ai vu des photos et je me disais: « Ça ne m’intéresse pas des masses, on dirait une hrute qui va passer son temps à tabasser des gens et je ne vois pas ce qu’on peut dire de plus à son sujet ». J’ai ensuite compris qu’il y avait d’autres choses derrière cela, et que je pouvais davantage le comprendre, m’identifier.

Quand il a fallu accepter ou refuser LUKE CAGE, est-ce que, au-delà de la qualité du personnage, vous avez pris en compte les ambitions mondiales de Netfix et de l’univers partagé THE DEFENDERS ? Un projet en lui-même peut-il être plus décisif que le rôle ?

Mike Colter : Je dis toujours que la plus grosse exportation de l’Amérique, c’est notre industrie du divertissement. Je vois bien des Ford dans les rues de Paris, mais on ne vend rien en plus grosse quantité que notre entertainment, que Hollywood. Et c’est donc Hollywood qui véhicule l’image de l’Amérique, via les séries, via les films. L’idée que les étrangers ont de notre pays est dictée par Hollywood et notamment par la télévision.

C’est très puissant. D’autant plus maintenant que tout est à portée d’Internet. Il y a donc une responsabilité de notre part. Ainsi, chaque histoire que l’on raconte à si grande échelle devrait être authentique et pertinente socialement. Dans certains pays, il y a peu de gens qui habitent à côté de gens comme moi. Ou à côté de gens qui ont des origines avec lesquelles ils ne sont pas du tout familiers.

La seule interaction qu’ils ont avec des gens différents d’eux, c’est par la télévision où les personnages peuvent leur devenir proches. Et lorsqu’ils regardent THE WIRE ou d’autres séries qui représentent les Noirs d’une manière négative, ils peuvent commencer à penser que c’est ça, la réalité. Avec LUKE CAGE, nous essayons de faire quelque chose de positif. C’est notamment cette ambition qui m’a incité à faire partie de la série.

 

Luke Cage sur Netflix actuellement – Bande Annonce


Continuer à lire
sturb gay app
Vous pourriez aussi aimer...
Commentaires

Plus d’articles dans : acteurs

sturb gay app
En haut