Restons connectés
sturb gay app
liberté sexuelle combat agy

News

Libération sexuelle, le combat continue

Les Gays d’aujourd’hui peuvent s’estimer chanceux grâce aux fruits de plusieurs siècles de lutte dans l’ombre contre la criminalisation et le chantage. Ils n’ont pas connu le sort d’Oscar Wilde, d’Alan Turing et d’innombrables autres victimes anonymes de l’homophobie de la société.

liberté sexuelle combat gay

Plusieurs siècles de combats

Si les Gays jouissent d’une certaine libération sexuelle actuellement, c’est grâce à des luttes qui ont été menées au fil des années. Le premier exemple est bien entendu les émeutes de Stonewall à New York vers la fin des années 60.

Depuis, les homosexuels ont pu exprimer publiquement leur sexualité dans d’innombrables Gay Pride partout dans le monde. Cela se traduit également par de nombreux services sur smartphone, mais aussi à travers une industrie porno Gay plus robuste que jamais. C’est désormais sans aucune honte qu’on affiche les derniers titres et qu’on présente les acteurs comme de véritables stars. Les sex shops et les sex toys sont aujourd’hui pratiquement banals dans les quartiers fièrement Gays, alors qu’autrefois, on avait tendance à les cacher.

La communauté LGBT peut être fière du chemin parcouru jusqu’ici, toutefois, il y a encore beaucoup à faire pour la libération sexuelle. Une attitude défensive est même de mise pour défendre les avancées obtenues.

Les homosexuels doivent aujourd’hui défendre les libertés pour lesquelles les anciens ont lutté. Le droit à la fête, le droit d’avoir autant de partenaires qu’on veut et tant d’autres…

Justement, le désir de monogamie suggéré sur Grindr peut déclencher une vague de rejet, dans la mesure où cela force à l’abstinence.

Qu’en est-il de la libération sexuelle ?

La question est de savoir si la libération sexuelle peut aller trop loin? La réponse est non dans la mesure où le sexe est génial puisque c’est toujours une bonne chose entre adultes consentants.

Le problème est que cela peut être compliqué pour les Gays qui ont toujours caché leurs désirs, de peur d’être jugés par une société qui est parfois cruelle. Ainsi, ils ont tendance à craindre le rejet et ont souvent l’habitude de réfréner leurs envies, aussi innocentes et naturelles soient-elles.

Certains ont grandi dans la honte d’avoir des gestes et des attitudes efféminés, cette quête incessante d’inclusion a créé des adultes vulnérables qui tentent de survivre et d’éviter le rejet au milieu d’une culture défensive et sexuellement libérée, qui établit des normes de beauté où seuls les narcissiques peuvent prospérer.

C’est la raison pour laquelle les Gays sont aussi soucieux de leur physique : mode, remise en forme… bref, toutes ces choses superficielles qui sont censées garantir l’inclusion. Pour mettre toutes les chances de leur côté, c’est dans les films pornos qu’ils apprennent à faire l’amour. Cela leur donne une sensation d’invulnérabilité, on ressent d’ailleurs cette grande confiance en soi en ligne, dans des prises de position sur les médias sociaux.

La réalité est qu’au fond ces magnifiques jeunes hommes sont toujours vulnérables, voilà pourquoi il est facile pour eux de sombrer dans la drogue masquée trop souvent par le chemsex.

Que reste-t-il à faire ?

La libération sexuelle est nécessaire pour la communauté, mais elle doit aller de pair avec une certaine prise de conscience et prise en compte de la vulnérabilité. Chacun a un besoin inné d’intimité, mais aussi d’inclusion, « on peut être un héros au lit, mais on doit prendre le temps d’être vulnérable des fois ». L’imperfection et la vulnérabilité peuvent être aussi sexy et il faut du courage et de l’honnêteté pour les assumer. Le plus important dans tout cela, c’est de permettre aux amis et aux amants d’exprimer leurs propres craintes et donc leur vulnérabilité aussi bien sur l’oreiller, lors des rendez-vous, sur les applications que sur les réseaux sociaux. Enfin, la libération sexuelle est une chose brillante, mais il faut faire avec un environnement où le VIH rode et où il faut faire attention à la dépendance au chemsex.

En somme, les Gays ont surmonté tant de difficultés et obtenu tant de choses. Une d’entre elles est justement la libération sexuelle, « elle est très puissante, on peut l’entendre hurler ». Mais ce n’est pas encore assez fort, car on n’entend pas les appels au secours au sein de la communauté à travers les problèmes de chemsex, la cruauté en ligne et la solitude de certains sur les réseaux sociaux.

Dans ce sens, ils doivent former une communauté encore plus forte, une confrérie de grands hommes sexy et vulnérables.

Il est à noter qu’en Grande-Bretagne, les Gays qui sont entrainés dans la spirale infernale du chemsex bénéficient d’une cellule de soutien, la clinique londonienne spécialisée dans la santé sexuelle et le VIH, au 56 Dean Street, dans le quartier de Soho.


Continuer à lire
Commentaires

Plus d’articles dans : News

sturb gay app
En haut