Restons connectés

Sturb – Gay App

gay sexe

GAY : ALCOOL ET DROGUES

La scène gay est en grande partie basée autour des bars et des clubs, et ainsi il n’est pas étonnant que l’alcool et les drogues jouent un grand rôle dans la vie de beaucoup d’homosexuels.

 

Gay-sex-alcool-drogues

 

En fait plus de 90%  d’en nous, buvons de l’alcool.
L’alcool nous incite à se sentir plus décontracté, plus sociable et à nous détacher nos  inhibitions.

L’usage de drogue peut faire la même chose et peut nous aider à oublier notre semaine de boulot ou du quotidien, et de changez la manière dont on se sent.

Presque 20% d’entre nous ont employé des drogues telles que l’extasis et la cocaïne au cours de la dernière année, et environ 40% ont employé du poppers.
Beaucoup d’entre nous utilisons plusieurs  types de drogues.

En fait, nous sommes environ dix fois plus vraisemblablement  à employer quelques drogues récréationnelles que la population globale !

Tu peux constater que quand tu es ivre, tu fais des choses que tu ne ferais pas si tu étais  sobre. Ceci pourrait inclure des choses comme comme par exemple d’avoir des rapports sexuels non protégés avec quelqu’un ‘juste pour cette fois-ci’.

La limitation de la quantité de drogues et d’alcoolique à un effet important sur tes humeurs et peux faire rejaillir des choses un peu lugubres devenant ainsi un Bad trip ou tu peut faire des choses que tu risques de regretter par la suite selon la violence de ce Bad-trip. Essayes de connaître tes propres limites et evites de les dépasser car la prise de substance est dangereuse… 

La prise de drogue influe grandement nos décisions et personne ne peut dire qu’il maîtrise à 100% ses effets des drogues…
Informes toi bien sur chacune des substances que tu prends et leurs effets… Jouer avec le feu, c’est éviter de se brûler et pour cela, il faut de l’expérience. Ne sois jamais seul lors de prise de drogue mais accompagné.
Évites absolument de mélanger différentes drogues car beaucoup d’entre elles ne sont pas compatibles et risque de t’emmener au mieux à quelques jours de malaise, au pire à une hospitalisation voir la mort.

Les drogues peuvent aussi amener à avoir des rapports sans Capotes et augmentent donc le risque de transmission du VIH.


Continuer à lire
bearwww.com
Vous pourriez aussi aimer...
Commentaires

Plus d’articles dans : gay sexe

En haut