Restons connectés
sturb gay app
Cassandro El Exotico sturb gay

cinéma

Critique « Cassandro, The Exotico ! » de Marie Losier : un véritable film underground !

Critique « Cassandro, The Exotico ! » de Marie Losier : un véritable film underground !

Après 26 ans de vols planés et d’empoignades sur le ring, Cassandro, le roi des Exoticos – ces catcheurs gays qui dynamitent les préjugés – est incapable de s’arrêter. Le corps en miettes, pulvérisé, il va pourtant devoir se réinventer…

Cassandro, The Exotico ! est un documentaire extrêmement original. Il raconte la fin de la carrière de Cassandro, légendaire catcheur et membre des exoticos, un groupe de catcheurs gays qui luttent contre les clichés dans le milieu du catch, notamment contre les clichés homophobes. Émouvant, coloré et unique, focus sur un film hors du commun.

La première chose qui frappe est le format du film. Filmé en 16mm, il est donc diffusé en 16:9. Le choix de la pellicule se ressent, avec une image granuleuse, parfois abimée. Cette caméra de poing permet à la cinéaste d’être au plus près de Cassandro, et ainsi de donner véritablement l’impression de pénétrer dans son intimité. Grâce à ce processus, on obtient une image chaude et agréable à l’œil. On finit par regretter de ne pas voir plus de film filmés de cette façon. Ce choix permet également de mieux retranscrire le personnage haut en couleur qu’est Cassandro : un homme qui aime se maquiller et travailler son apparence afin de correspondre à son personnage de catcheur. Le corps est ici un véritable outil de travail. Il s’agit du gagne-pain de notre personnage. Il est travaillé afin d’attirer la gloire sur son propriétaire. Et c’est le rapport entre la volonté de Cassandro et ses capacités physique qui est au cœur du film.

Cassandro est « la reine » des exoticos, le plus connu et le plus doué d’entre eux. Au Mexique c’est une véritable star. Dans ce pays, le catch a une importance capitale. Il s’agit en effet de l’un des sports favoris des mexicains. C’est un sport exigeant et physiquement très dur. Cassandro est un homme blessé (pas un endroit de son corps n’a été épargné). Il essaye de minimiser cette douleur face au reste du monde, mais elle est bel et bien présente. On le voit continuer à se battre coûte que coûte, en se souciant de sa santé. A chaque fois que le corps de Cassandro s’écrase au sol, le public va s’inquiéter et se demander s’il sera capable de se relever. Cette inquiétude grandit petit à petit en fonction de l’évolution de l’état de Cassandro. 

C’est un film qui baigne dans la mélancolie. Celle d’un champion qui s’apprête à prendre sa retraite. Un point de vue rare et donc précieux. Mais c’est aussi le portrait d’un homosexuel qui, grâce au sport, a fini par être reconnu et apprécié de tous. On démontre ici que le sport permet à chacun de surmonter sa condition pour pouvoir se surpasser, que ce soit physiquement, mentalement ou socialement, car le sport est encore l’un des rares domaines où l’on peut devenir un héros pour les classes populaires. 

Marie Losier nous livre ici un documentaire tendre et touchant sur la fin de la carrière d’une idole du catch bientôt déchue. Malgré un rythme pas toujours bien géré qui provoque à certains moments de l’ennui,Cassandro est un film qui montre un combat invisible, un combat qui oppose la volonté et le corps, et qui montre ce qu’il peut se passer dans la tête d’un sportif de haut niveau lorsque son corps ne se trouve plus capable de soutenir l’esprit. 

Bande-annonce de Cassandro The Exotico :

ht : justfocus


Continuer à lire
sturb gay app
Vous pourriez aussi aimer...
Commentaires

Plus d’articles dans : cinéma

sturb gay app
En haut