Restons connectés

baptiste giabiconi

Baptiste Giabiconi victime d’attaques homophobes : « Vous me dégoûtez »

Baptiste Giabiconi victime d’attaques homophobes : « Vous me dégoûtez »

Depuis la parution de son livre « Karl et moi » où il évoque sa relation singulière avec Karl Lagerfeld, Baptiste Giabiconi dit avoir été la cible d’insultes homophobes. L’ancien top model français s’est défendu sur Instagram, évoquant des « horreurs ».

La relation de Karl Lagerfeld et Baptiste Giabiconi était singulière. Tantôt père-fils, tantôt artiste-muse, le créateur et le mannequin français ont longtemps été indissociables. Un lien si complexe que Baptiste Giabiconi a décidé d’en faire un livre, Karl et moi (éditions Robert Laffont), sorti le 27 février dernier. Depuis la parution de cet ouvrage – et bien que la nature romantique de leur relation n’ait jamais été établie –, le mannequin est victime d’attaques homophobes.

Sur Instagram, il a tenu à répondre à ces attaques nauséabondes. Le 2 février 2020, il a publié un message depuis sa story, comme l’a repéré 20 Minutes. « Vous n’avez pas honte ? Depuis la sortie de mon livre sur mon histoire avec Karl, je peux lire certaines horreurs… J’ai toujours refusé d’entrer dans une case, alors, continuez à vous cacher derrière des pseudos pour vomir vos injures homophobes ! Vous me dégoûtez et sachez que je continuerai à faire de la lutte contre l’homophobie l’un de mes plus grands combats ! Apprenez à aimer au lieu de haïr !« , a-t-il déclaré, tout en signant son message d’un « Baptiste G.« 

Ce n’est pas la première fois que Baptiste Giabiconi accepte d’en dire plus sur sa relation complexe et platonique avec le créateur de mode, décédé le 19 février 2019. « Karl était possessif, mais de manière bienveillante et protectrice. Pas comme une petite amie jalouse. Avant lui, personne n’avait jamais posé le regard sur moi. On s’aimait. Profondément. D’un amour qui n’existe pas, qu’on s’est créé« , avait confié le mannequin à Têtu en août dernier.


Continuer à lire
sturb gay app
Vous pourriez aussi aimer...
Commentaires

Plus d’articles dans : baptiste giabiconi

En haut