Restons connectés

Sturb – Gay App

valls

buzz

À l’Assemblée, Valls fustige les propos « racistes, homophobes » du FN

Cet après-midi, les traditionnelles Questions au gouvernement de l’Assemblée nationale ont donné lieu à une passe d’armes mémorable entre Manuel Valls et Marion Maréchal-Le Pen. La députée Front national avait accusé le Premier ministre, très en verve contre le FN à l’approche des élections départementales.

valls

 

« JE VOUS STIGMATISERAI JUSQU’AU BOUT »
« Vous trompez les petites gens, les ouvriers, les agriculteurs, vous trompez ceux qui souffrent. Alors, il est temps que dans ce pays, il y ait un débat, qu’on déchire le voile, la mascarade qu’est la vôtre », a lancé le Premier ministre sur un ton bouillant en réponse à l’élue du Vaucluse.

« Il est temps que nous affirmions tous comme je l’ai fait ici le 13 janvier, les valeurs de la République, la France mais aussi les actes. Et la politique de mon gouvernement contre la pauvreté, pour l’école, pour les valeurs de la République, pour redresser le pays, c’est aussi une réponse à ce que vous portez », a-t-il poursuivi. « Alors Madame, jusqu’au bout je mènerai campagne pour vous stigmatiser et pour vous dire que vous n’êtes ni la République, ni la France », a-t-il lancé.

Marion Maréchal Le Pen avait attaqué le Premier ministre sur ses « prises de parole obsessionnelles » et « de plus en plus injurieuses » avec son offensive contre le FN ces derniers jours. « Gardez-donc votre mépris crétin et vos leçons de République pour votre propre parti », a-t-elle affirmé.

« PAS DES CAS ISOLÉS »
« Si, en deux minutes, il fallait résumer l’outrance, la démagogie et le vrai visage de l’extrême-droite, vous venez de le faire parfaitement », a répliqué Manuel Valls. « Oui, je mène campagne », a-t-il répété à plusieurs reprises, du fait d’une « élection importante » mais aussi « pour l’image notre pays, pour notre démocratie » du fait du « véritable danger » d’un FN qui arriverait en tête des élections départementales des 22 et 29 mars.

Manuel Valls a dénoncé les «dizaines » de militants et candidats FN qui tiennent des « propos antisémites, racistes, homophobes, sexistes » et qui ne sont pas « des cas isolés » mais des « récidivistes ». Une référence aux dérapages de différents candidats liés au Front national ces derniers temps, et notamment de Chantal Clamer (Ariège) et Jean-Marc Buccafurri (Seine-Saint-Denis).

« Je ne confonds pas, Madame, les électeurs du Front national, je ne confonds pas les Français avec vous et je veux leur dire que vous les trompez, leur dire que votre politique mènerait le pays à la ruine », a-t-il accusé.

Regardez cet échange très vif dans le replay de La Chaîne Parlementaire :


Continuer à lire
bearwww.com
Vous pourriez aussi aimer...
Commentaires

Plus d’articles dans : buzz

En haut