Restons connectés

Sturb – Gay App

agression-homophobe-suisse

buzz

Agression homophobe dans un tram Suisse : il retourne la situation

Bousculé et insulté de «sale pédé», il filme son agresseur homophobe et mobilise d’autres passagers qui le poussent hors du tram
Rédaction en ligne

« C’est une histoire d’arroseur homophobe arrosé » : ce sont les mots de Jordan Davis, journaliste suisse ouvertement homosexuel et victime d’une triste agression homophobe. Au lieu de subir les mots de son agresseur, il a choisi de retourner la situation à son avantage en filmant ce dernier.



«  C’est une histoire d’arroseur homophobe arrosé. Je me suis fait bousculer et traiter de « sale pédé » dans le tram alors que j’étais debout en regardant par la vitre. Mais l’humiliation change de camp quand on sort son IPhone et quand on peut compter sur la solidarité des magnifiques passagers de la ligne 15 entre les arrêts Georges-Favon et Goulart. Merci à eux. Je n’ai pas honte d’être gay et il est temps que les homophobes se cachent  », a écrit Jordan Davis avant de publier la vidéo de son agression. Dans la vidéo, on le voit filmer un homme vêtu d’une veste en cuire noire, qui le bouscule à plusieurs reprises.

Jordan Davis a choisi de filmer la scène afin de montrer à son agresseur que ce n’est pas une honte d’être homosexuel en Suisse. La honte, c’est d’être homophobe et d’agresser verbalement et physiquement une tierce personne en raison de son orientation sexuelle. «  Vous avez essayé de m’humilier, mais vous vous humiliez vous-même monsieur. Moi je suis peut-être pédé, mais je suis votre égal. On est en Suisse, ici  ! », crie-t-il. En fond, on entend l’agresseur déclarer : «  Allez dégage (…) tu voulais me draguer (…) je baise pas les pédés. »

« Mon téléphone, comme une arme »

Critiqué par rapport au droit à l’image de la personne filmée, Jordan Davis s’est défendu dans la Tribune de Genève  : «  Ça m’a tellement agacé que cette personne se permette de m’insulter et de me bousculer. Je suis sensibilisé au thème du harcèlement de rue car j’ai travaillé sur ce sujet pour une émission. J’ai utilisé mon téléphone comme une arme pour me défendre, et comme preuve en cas de dérapage et de plainte. Mais si j’avais été seul dans une ruelle sombre face à trois colosses je n’aurais sans doute pas agi de la même manière. »

Un déséquilibré

Il a ensuite retiré son post, au vu du buzz qu’a suscité sa vidéo, car il n’était pas en mesure de flouter le visage de l’individu. L’agresseur serait en réalité « un déséquilibré notoire à Genève », écrit-il, avant de rajouter : «  Plusieurs personnes (femmes surtout) m’ont rapporté des cas de harcèlement commis par ce monsieur. Plusieurs personnes m’ont partagé de leur crainte que son image soit jetée en pâture et qu’il puisse à son tour être victime de justiciers, **ce que je ne saurais en aucun cas cautionner** ». Toutefois, selon Nicolas Capt, un avocat interrogé par la Tribune de Genève : «Je peux comprendre l’envie de partager cette vidéo, mais la problématique est proche de #balancetonporc. Ce type de matériel doit être remis à la police ou au Ministère public, autrement c’est déconseillé.»


Continuer à lire
bearwww.com
Vous pourriez aussi aimer...
Commentaires

Plus d’articles dans : buzz

En haut